Le Planning Familial !
te répond !

Les protections périodiques

Protections externes




Les serviettes jetables

Elles se collent dans la culotte (ou tout autre sous-vêtement). On en trouve à tous les prix et de différentes compositions. Elles sont disponibles en plusieurs tailles, formes, et en plusieurs épaisseurs selon le volume des règles. S’il y a des parfums, ça augmente le risque d’irritation ! On les jette après utilisation dans une poubelle (et surtout pas dans les toilettes!). Il existe aussi des serviettes « bio » qui contiennent le moins possible de produits chimiques.

Bon à savoir  : Toute infirmerie scolaire doit disposer de serviettes périodiques pour dépanner les élèves en cas de besoin. N’hésite pas à demander ! Il y a même des établissements où des protections périodiques sont en libre service dans les toilettes.



Les serviettes lavables

Elles se ferment avec un bouton pression le plus souvent, ce qui permet de la fixer au sous-vêtement. Elles sont faites en tissu absorbant (et parfois aussi imperméable en-dessous). Souvent la couche en contact avec la peau est en coton pour limiter les irritations. Une fois utilisée, on la rince ou on l’a fait tremper à l’eau froide, puis elle peut être lavée à la main ou en machine, et est réutilisable. On en trouve dans les magasins bios ou zéro-déchet, ou bien en ligne.


Les culottes de règles

C’est le même principe que les serviettes lavables, mais directement intégrées dans une culotte !




Protections internes




Les tampons

Ce sont de petits bâtonnets en cellulose (un mélange de fibres absorbantes), fixés à une petite ficelle. Un tampon se place dans la vagin, soit avec les doigts, soit à l’aide d’un applicateur (qui peut être en plastique ou en carton). Il en existe plusieurs tailles selon l’abondance des règles. Dans le doute, il vaut mieux prendre la plus petite absorption. Il reste en place jusqu’à 6 à 8h maximum, ensuite on l’enlève en tirant sur la petite ficelle qui dépasse. On le jette à la poubelle (et surtout pas dans les toilettes!). Il existe aussi des tampons « bio » qui contiennent le moins possible de produits chimiques.

Idée reçue : non, un tampon ne peut pas se perdre dans le corps !  Le vagin, dans lequel on place le tampon, est un organe fermé qui fait environ 8 cm de profondeur au repos. Au fond du vagin, il y a le col de l’utérus, qui est une petite ouverture, mais juste assez pour laisser sortir les règles. Impossible qu’un tampon (ou quoi que ce soit d’autre) y passe ! :)

/!\ Bon à savoir les tampons, eux, absorbent tout sans distinction. Ils absorbent donc le sang, mais aussi les sécrétions naturelles du vagin, qui sont normalement là pour le protéger. Utiliser beaucoup de tampons ou utiliser des tampons de trop grande absorption par rapport à l’abondance de tes règles pourrait donc fragiliser ta flore vaginale et provoquer des inconforts, des irritations, voire des mycoses. Il vaut mieux utiliser des tampons plus « petits » mais en changer plus souvent, ou alterner avec d’autres types de protections si tu te sens plus à l’aise.



Les coupes menstruelles

ou “cups”, qui sont des petites coupes en silicone (le plus souvent) qu’on place dans le vagin, sous le col de l’utérus, et qui recueillent le sang des règles. Quand elle est pleine ou au bout de 6 à 8h maximum, on la retire, on la rince (sous la douche, dans un lavabo, avec une petite bouteille d’eau au-dessus des toilettes...), et on la remet en place. On peut la stériliser de temps en temps en la faisant bouillir si besoin, et elle peut être réutilisée pendant plusieurs années, ce qui produit donc très peu de déchets ! Son utilisation nécessite souvent un peu d’entraînement, on trouve beaucoup de vidéos sur Youtube pour savoir comment la plier pour la mettre en place.

Bon à savoir si tu portes un DIU (stérilet), il est possible que l’effet ventouse de la une cup puisse provoquer de légers déplacements du DIU, voire l’expulser 


Les disques menstruels

qui sont comme des coupes menstruelles aplaties et très souples. Elles fonctionnent sur le même principe que les cups. Leur avantage est de permettre de pratiquer du sexe avec pénétration pendant qu’on la porte, ce qui n’est pas vraiment possible avec les autres protections internes.


Cette page m'a été utile ?
Cacher la page