Le Planning Familial !
te répond !

Les luttes féministes

C'est quoi le féminisme ?


Pour expliquer brièvement, c’est un mouvement qui lutte pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, et pour que tout le monde soit plus libre d’être ce qu’il ou elle souhaite, dans le respect des un·e·s et des autres !


Il existe en réalité plusieurs mouvements féministes, qui n’utilisent pas les mêmes moyens d’actions ou ne parlent pas du même point de vue, c’est pourquoi on peut dire qu’il n’y pas un mais DES féminismes 




les premiers mouvements féministes

apparaissent en France à la fin du 18ème siècle. En 1791, Olympe de Gouges écrit La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne pour dénoncer l’exclusion des femmes de la citoyenneté. Et c’est en 1880 que la militante Hubertine Auclert se réapproprie le terme “féminisme” pour désigner les luttes pour l’amélioration de la condition des femmes. 


Différentes revendications marquent l’histoire du féminisme : au début du mouvement, il s’agit surtout d’une lutte pour modifier le droit qui est profondément inégalitaire. Les femmes réclament le droit de vote (qu’elles obtiennent en 1944), l'amélioration des conditions de travail et le droit à l'éducation pour les femmes et les filles. 


Eh oui, avant 1924, les filles n’avaient pas les mêmes enseignements que les garçons ! A l’école, on leur apprenait à devenir de “bonnes épouses” avec l’enseignement de la cuisine, de la couture mais elles n’apprenaient pas les mathématiques comme les garçons.  C’est aussi seulement à partir de 1965 que les femmes sont autorisées à avoir un compte en banque, et à travailler sans l’accord de leur mari ! On sait, c’est tard...


Un deuxième temps fort du féminisme

à partir des années 1960, est marqué par la remise en question de la place des femmes dans la société. En effet, comme l’explique Simone de Beauvoir en 1949 dans Le Deuxième Sexe, les normes sociales et les institutions conditionnent les femmes au rôle de mère et d’épouse. On peut d’ailleurs retenir sa célèbre phrase “On ne naît pas femme on le devient”. Les féministes dénoncent les rapports de pouvoir hiérarchique entre hommes et femmes: c’est ce qu’on appelle le patriarcat. 


Une autre revendication importante de cette période est “la libre disposition de son corps”. C’est notamment la lutte pour le droit et l’accès à la contraception (Loi Neuwirth en 1967) et l’avortement (Loi Veil en 1975). Avant la loi Veil, des femmes avortaient clandestinement, mettaient leur vie en danger et risquaient la prison en le faisant ! 


Après 1980, le droit continue d’évoluer sous l’impulsion des mouvements féministes. Par exemple, les tribunaux reconnaissance l’existence du viol au sein du couple dans les années 1990. Ou encore plus récemment, en 2006, l’âge légal du mariage des filles, qui passe de 15 à 18 ans. 

Manifestation féministe


Et aujourd’hui, le féminisme ça sert à quoi ?


Même s’il y a eu des avancées importantes dans le droit, encore beaucoup de textes législatifs ne sont que partiellement appliqués. Aussi, des inégalités persistent. De plus, il reste encore à faire pour changer les mentalités et mettre à mal les stéréotypes !


Tu as peut-être déjà entendu parler des inégalités de salaire entre les femmes et les hommes ? En effet, à tout temps de travail confondus, les femmes touchent en moyenne 25,7% de moins que les hommes (Observatoire des inégalités, 2017). Tout est expliqué plus clairement ici.

Si t’as envie de rigoler, on te conseille une vidéo en caméra cachée réalisée par Simone Média  et le speech d’Elodie Arnoult “Grossesse et Carrière” pour réfléchir sur le sujet.


En réalité, ce sont toutes les sphères sociales qui sont concernées par les inégalités femmes-hommes: l’éducation et la formation, la politique, la culture, les médias, le sport, la santé, le foyer…  Si tu souhaites davantage de chiffres clés sur les inégalités, nous te conseillons cette référence


Le féminisme actuel porte aussi des revendications sur les changements de mentalité, notamment sur la redéfinition des normes qui conditionnent les femmes et les hommes dans des rôles précis


pourquoi déconstruire les normes ?


Certains magazines féminins, séries, films ou discours ont tendance à véhiculer l’idée selon laquelle “une femme doit être féminine”, c’est à dire doit faire attention à son apparence au regard des standards de beauté. Ce type d’injonction a des répercussions importantes sur la vie des femmes : ça peut être source de beaucoup de complexes ! Ces injonctions sont là pour rappeler aux femmes qu’elles sont reconnues pour être jolies, avant d’être reconnues  pour leurs compétences. On le voit très bien avec les sportives et les femmes politiques ! 


Tu peux lire Beauté Fatale de Mona Chollet si ce sujet t'intéresse ou aller explorer les comptes Instagram de @OnVeutDuVrai ou @body_mirror qui visibilisent la diversité des corps et déconstruisent l’image stéréotypée du corps. 


Pour les hommes, les représentations et normes du masculin orientent vers la force et la puissance. Certains hommes peuvent avoir des difficultés à exprimer leur tristesse, car elle est associée à une marque de faiblesse. Beaucoup de garçons à l'adolescence sont aussi complexés par la taille de leur pénis jugé trop petit. En effet, l’imaginaire collectif associe la taille du pénis au niveau de puissance d’un homme, et les représentations données des pénis sont bien au dessus de la taille moyenne ! 


On te suggère à ce propos le podcast de Victoire Tuaillon  “Les Couille sur la Table”. 




Cette page m'a été utile ?
Cacher la page