Les IST : comment se protéger ?


Le préservatif est la méthode de protection la plus efficace, et il est la seule méthode de contraception qui protège aussi des IST.


Il existe des préservatifs internes et externes pour te protéger lors de rapports avec pénétrations. 


Pour te protéger pendant le sexe oral (bouche/sexe), tu peux acheter des carrés de latex, appelés aussi digues dentaires. Ils peuvent se poser sur la vulve (cunnilingus) ou l’anus (anulingus) pour faire une protection. Tu peux aussi les fabriquer toi-même en découpant un préservatif dans le sens de la longueur !


En fonction des pratiques sexuelles et/ou de l’emplacement de certaines lésions, cela peut ne pas suffire. Par exemple, si un bouton d’herpès est situé sur un testicule et non sur le pénis, il ne serait pas recouvert par le préservatif externe (or, il se transmet par contact).


Ça ne veut pas dire qu’il faut paniquer et n’avoir plus aucun rapport sexuel pour se protéger à 100% ! Mais c’est une bonne idée d’être vigilant·e sur ton corps, en t’examinant de temps en temps !




Bon à savoir


Pour les personnes majeures, qui ont du mal à se protéger et/ou qui ont des pratiques à risque, il existe une stratégie de réduction des risques appelée « la PrEP » : c’est un médicament qui réduit, voire empêche, les risques d’être contaminé·e par le VIH. Mais il ne protège pas contre les autres IST et nécessite un suivi médical spécifique.

Pour en savoir plus sur la PrEP et pour savoir où se la procurer, c’est par ici !


Tu peux également avoir accès à des vaccins contre l'hépatite B et le Papillomavirus qui ne sont pas des vaccins obligatoires. C'est ton choix, mais si tu es mineur·e, il te faudra une autorisation parentale pour en bénéficier.

Ton ou ta médecin pourra te faire ces vaccins, et si tu préfères, tu peux te rendre dans un CeGIDD : toutes les adresses sont sur la carte plus bas !



Où et comment se faire dépister ?


Se protéger soi et ses partenaires par le dépistage : connaître son statut permet de prendre un traitement si besoin et permet également de protéger ses futur-e-s partenaires en utilisant des préservatifs lors des futurs rapports !

Tu peux te faire dépister gratuitement et anonymement dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic) ou un CPEF près de chez toi. Tu y verras un·e médecin, un·e gynécologue ou un·e sage-femme qui pourront soit faire les tests, soit te prescrire ceux qu’ils ne font pas.


Tu peux également aller voir ta/ton médecin généraliste qui te fera une ordonnance pour que tu puisses te rendre dans le laboratoire de ton choix.


Selon l’IST dépistée, le test ne se fait pas de la même manière (sanguin, urinaire, auto-prélèvement) et pas dans les mêmes délais : toutes les infos là sont dans l'outil ci-dessous !
 
Pour le VIH, il existe des test à résultats rapides, les TROD, que font certaines associations. Tu peux aussi aller en pharmacie et acheter un autotest de dépistage, ça coûte 25€. Mais attention, il faut juste que la prise de risque ait eu lieu il y a plus de 3 mois pour que le test soit fiable.



Tu as eu un rapport à risque ces dernières 48h ? Le traitement d'urgence, ou traitement post-exposition (TPE)


Un doute, une capote qui craque ou un oubli ? Tu peux te rendre aux urgences d’un hôpital, idéalement dans les quatre heures qui suivent le rapport, sinon dans les 48 heures maximum. Après évaluation de la situation, on pourra te prescrire un traitement d’une durée d’un mois, assez lourd, mais qui permet de limiter les risques de transmission du VIH par ta/ton partenaire (dans le cas où il ou elle vit avec le VIH). Son coût est pris en charge par la Sécu. Mieux vaut prévenir que guérir !


Lorsqu’on a plusieurs partenaires de manière régulière il est conseillé de se faire dépister environ tous les trois mois.


Toutes ces démarches ne sont pas toujours faciles, mais tu peux en parler : dans les associations du Planning Familial, des conseillèr·e·s sont là pour discuter avec toi, te donner toutes les infos et t’aider ou directement sur notre tchat !


LES ADRESSES

Trouve les coordonnées de professionnel·le·s de santé, centres de dépistage et de santé et des associations que tu peux aller voir en toute sécurité, classés par thèmes.
Cette liste est non-exhaustive : tou·te·s les médecins généralistes, gynécologues et sages-femmes sont habilité·e·s pour te recevoir sur les questions de santé sexuelle, mais celles et ceux qui sont référencé·e·s ici ont accepté de faire partie de l'aventure !

FOIRE AUX
QUESTIONS

Hier j’ai pécho un inconnu, on ne s’est pas protégés… Je flippe d’avoir choppé un truc, c’est trop tôt pour faire un test ?

La première chose que tu peux faire, c’est de demander ton partenaire de la nuit où il en est niveau tests. C’est délicat, mais ça peut aider !Ensuite, tu as jusqu’à 48 heures pour demander un “traitement post-exposition” (TPE) aux urgences de l’hôpital (mais le plus tôt sera le mieux), où...

En savoir plus

Je suis gay et on m’a parlé de la PREP. Mais ça m’a l’air super compliqué…

De prime abord le dispositif de la PREP peut paraître compliqué car il est très encadré, mais pas de panique ! C’est assez simple en fait.Le principe de la PREP c’est de prendre un médicament pour ne pas être contaminé par le VIH (qui, sans traitement, conduit au SIDA). C’est comme quand on...

En savoir plus

Si c’est notre première fois à tous les deux, on doit quand même se protéger ?

Oui, même la « première fois », il est nécessaire de se protéger !Il est possible d’être porteur d’infections qui se transmettent par les rapports sexuels mais pas uniquement, comme le VIH, certaines hépatites et certaines formes d’herpès, qui peuvent avoir été transmises par les parents ou...

En savoir plus

Je suis lesbienne, et je ne sais pas trop comment me protéger contre les IST, on dirait que rien ne nous correspond !

C’est vrai que quand on parle de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST), on parle souvent de la pénétration du vagin ou de l'anus par un pénis, mais pas souvent des autres pratiques et de comment se protéger. Ça s'explique notamment parce que la sexualité entre filles...

En savoir plus

Est-ce que c’est vrai que les gays ont plus de risque d’attraper le VIH ? Parce qu’avec mon copain, ça nous inquiète mais on ne sait pas quoi en penser...

Des études scientifiques (comme Prévagay, réalisée en France) ont démontré que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (qu’ils se définissent gays ou bi ou pas) ont effectivement plus de risques d’être contaminés par le VIH. Cela peut s'expliquer entre autre par les éléments...

En savoir plus

J’ai un nouveau copain depuis cet été. On ne se protège pas pendant nos rapports sexuels, mais il a fait un dépistage il y a quelques semaines et il n’avait pas de maladies. Du coup on devrait se protéger ou c’est bon ?

Le dépistage, c’est la base ! Vous savez que ton copain n’est pas porteur d’une infection. Mais toi, tu es sûr·e d'où tu en es ?Pour pouvoir avoir des rapports sexuels non protégés sans risque de transmission d’infections sexuellement transmissibles (IST), il faut que les deux partenaires sachent...

En savoir plus

Quand je fais une fellation à mon copain, on ne met jamais de capote. Il y a un risque d’attraper une maladie ou pas ?

La plupart des pratiques sexuelles ont un risque de contamination par une infection sexuellement transmissible, mais plus ou moins grand : à partir du moment où il y a un contact entre les organes génitaux de l’un·e et le vagin, la bouche ou l’anus de l’autre, les virus ou les bactéries (ou...

En savoir plus

Comment savoir si le préservatif est bien mis et qu’il n’a pas percé ?

Pour être sûr que le préservatif n'est pas endommagé avant son utilisation, il faut penser à vérifier la date de péremption et que l'emballage porte bien le label "CE" ou "NF".Petit rappel au passage : les préservatifs sont à usage unique. Ils ne doivent être utilisés qu’avec des lubrifiants...

En savoir plus

Je voudrais me faire dépister, il y a des centres gratuits ?

Oui ! Si tu es majeur·e, tu peux aller dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des IST) : c’est anonyme et gratuit (si tu es mineur·e, tu peux quand même y aller soit avec avec une autorisation parentale, soit avec la personne majeure de ton choix si t’as...

En savoir plus

Est-ce qu’on meurt du sida ?

Alors, pour faire le point : le SIDA, c’est le syndrome de l’immunodéficience acquise, qui est la conséquence d’un virus -le VIH (le virus de l'immunodéficience humaine).Grâce aux progrès de la médecine, et avec un bon traitement, on arrive à faire en sortie que le VIH ne se transforme pas...

En savoir plus

Je viens de recevoir un résultat d’analyse et apparemment j’ai la chlamydia : est-ce que c’est grave ?

La chlamydia est l'infection sexuellement transmissible la plus fréquente en France ! Et elle est assez vicieuse : quand on l’a, on a souvent aucun symptôme (surtout chez les filles, car chez les garçons il y a plus souvent des symptômes, comme des douleurs quand on urine) ! Sans test, on peut...

En savoir plus
Cette page m'a été utile ?
Cacher la page